Archives mensuelles : mai 2011

Photo shopée sur un facebook

ouahhhh la classe, je veux le même emballage ! Avec à l’intérieur : une veste Vanessa Bruno, un maillot de bain uni « une pièce » Eres, des repetto noires, un bouquin pas trop con pour lire cet été sur la plage, un couteau japonais.

Publicités

street art (j’adore)


Like it ? More street art ? http://www.xmarkjenkinsx.com/

Site découvert by Renée

1000 simone

ça y’est elles sont imprimées, 1000 au total. Ferez vous parti des  1/1000 à posséder une carte de Simone ? 😉

graphisme : Fanny Desmaret http://fannydemarest.free.fr

CODE D’ACCES le mag. et la soirée

La soirée  pour la sortie du magazine CODE d’accès  gourmandises (à se procurer ASAP), c’était lundi dernier, et c’était une bonne soirée. Je vous ai fait une petite sélection de photos pour vivre ou revivre ce moment en images !

Pour ceux qui connaissent Simone, OUI je suis en photo ! Parce que  moi aussi j’ai participé à ce numéro  en réalisant un sujet sur les packaging émergents. Alors demain vrac ou smartpack ? La réponse est dans les  kiosques et librairies… voir sur  http://www.code-acces.com/

Photos Gregory Barboux










Désolée il manque énormément de personnes que j’adore et /ou qui ont contribué à ce numéro, mais vous pouvez voir plus de photos sur le facebook de CODE http://www.facebook.com/profile.php?id=816658269&ref=ts

graffs à Nation

A Nation, rue des Pyrénées… les murs changent tout le temps,  tu peux y passer tous les jours et c’est toujours différent et c’est du bonheur…

Je ne peux pas beaucoup vous renseigner, je connais pas les artistes qui signent… juste j’apprécie…
Merci pour les photos LN. Photos prises avec l’application i-phone Hispstamatic.

Ô mon BENTO !


Exposition drôle et alléchante à l’initiative de Pauline André Ricard (des Editions Paumes… ). C’est la tendance, même Simone est au courant : Le Bento devient un incontournable en design culinaire. Le Bento depuis toujours fait parti de la culture japonaise, aujourd’hui on est rentré en France aussi dans l’air de la Bento Mania.

Cette exposition en est  la preuve ! Retrouvez Katty Sean et ses Bento Party, les livres faces food qui rendent complètement dingue, le concours de 21 illustrateurs et graphistes et leur lunch box revisitée, le corner du fameux  magasin Tokyu Hands, et la bento session de Maori Murota.



VEND APPARTEMENT 2/3 PIECES

2/3 pièces de 40 m2 composé d’une entrée, salle d’eau, WC, séjour double, cuisine américaine, chambre, cave.
Appartement, clair, calme situé à  50 m du marché de l’Olive, rue de Louisiane, pas très loin du 104. À rafraîchir. Appartement occupé, mais en fin de bail. Loyer actuel : 750 euros. Libre juin 2012.
prix : 300 000 euros.

Comme diraient nos amis de l’immobilier. À SAISIR ! tél. : 06 27 66 24 39. Cédric.

bureaux à louer paris 2


Annonce de l’atelier suspendu !
Au sein d’un bel appartement haussmanien de 160 m2, lumineux et calme (4e étage, ascenseur, double exposition), situé boulevard de Sébastopol, nous proposons un à trois postes de travail.
Vous serez entouré d’indépendants (graphistes, illustrateurs, webdesigners) évoluant dans les univers de la culture, du luxe ou de l’édition.

N’hésitez pas à nous contacter pour toute information complémentaire ou pour une visite. ateliersuspendu@gmail.com

Lire la suite

10 invitations pour un happening gourmand

C’est lundi prochain, au comptoir Général, Sympa Simone a négocié pour  ses lecteurs gourmands, 10 invitations. On fêtera la sortie du prochain CODE D’ACCES Gourmandises tant attendu. Et ça se passera autour d’un bento- take away d’un nouveau genre réalisé par Martine Camillieri (j’adore) et Sébastien Godard (la classe).

Les premiers ne seront pas les derniers, si ça vous tente énormément, envoyez vite un mail à sympasimone@gmail.com. Merci Simone !

COCO AMARDEIL

Je crois que je ne vous ai jamais vraiment parlé de Coco Amardeil, et c’est étonnant car c’est certainement une de mes photographes préférées.

Coco Amardeil est née à Toronto, a beaucoup voyagé, et aujourd’hui son encrage c’est Paris et London. Il en ressort un univers  très anglo saxon, open minded, coloré, décalé. Dans ses images, on retrouve toujours une touche d’humour ou un clin d’oeil. Chaque photo possède une idée, chaque photo est construite. C’est composé sans jamais faire artificiel.  En permanence elle aime décaler les personnes, les situations, les objets, les codes…

On sent un caractère bien trempé,  le besoin de ne pas s’enfermer dans un milieu sclérosé,  l’envie de connaître l’autre, et d’aimer la différence. Et c’est ça aussi que j’aime dans ses photos.

Elle travaille avec les plus grosses boites de pub, collabore avec une quantité incroyable de magazines. En plus d’être une très bonne photographe, Coco est bosseuse et perfectionniste. Ses prochains projets ?  certainement de la video. On a hâte !

Pour voir son portofolio  http://cocoama.com/info
Son nouvel agent : Anne Marie Gardinier   www.amgardinier.com



tiens j’ai reçu un cadeau today

Merci  LOL

ROSA BONHEUR in the afternoon

On connait le Rosa Bonheur, à la sortie du bureau. Mais l’après-midi quand on bosse, y a qui chez Rosa Bonheur ? De la bombasse assurément !

Photos du facebook de Rosa B.

purikura

Un post pour rester encore un instant au Japon. Voici quelques purikura glanés sur le net, et une immersion éclair au cœur de l’adulescence japonaise.

très populaires les photomatons japonais, les purikura


chronique d’un japonais à Paris / dernier épisode

La boutique Marugen à Paris, une autre existe à Osaka

L'équipe qui travaille à la boutique

Figurines samouraï

田村良平 Tamura Ryouhei:  » Je vends un peu de tout, du streetwear japonisant (sweat shirts, certains brodés) des kimonos en soie ou en coton, des coupons de soie, des masques traditionnels, des boîtes à bento, des nécessaires à bento, des décorations pour téléphone portable, des sacs, des gants , des chaussettes… et surtout, ce qui est la spécificité de la boutique, des tobi. Ce sont des pantalons larges, en toile. A l’origine, c’était le vêtement des pompiers et des charpentiers. On les détourne pour en faire des vêtements mode  confortables, solides ».

Bento et accessoires à Bento

Et tout au fond de la boutique, j’ai installé de quoi faire des purikura, ce sont des photos autocollantes, faites dans une sorte de photomaton qui permet d’incruster des motifs,  des personnages, des symboles sur la photo.  Les jeunes japonais adorent prendre des purikura à plusieurs, y ajouter des commentaires et petits dessins, et les coller ensuite sur le téléphone, les briquets, partout…

cabine purikura

tee shirt - sweat shirt brodés

Photos et sujet de Gregory Barboux. yrogerg@neuf.fr
Merci Tamura pour ce voyage éclair au Japon !

http://marugentobi.com/
MARUGEN – 33 Rue des Petits champs – 75001 PARIS

Chronique d’un japonais à Paris / Episode 3

Pourquoi tu t’habilles comme ça  ? 田村良平 Tamura Ryouhei : « En voyageant en Europe, j’ai pris conscience de la beauté de la culture japonaise. Bien sûr, il y a des aspects qui ne sont pas beaux ! mais je me suis mis à aimer davantage ce qui exprime ma culture japonaise.  Beaucoup de japonais n’y attachent pas d’importance, ou ne la connaissent pas.  En travaillant dans la boutique, certes, je veux partager avec les non japonais mon intérêt pour la culture japonaise et ses objets,  mais je me dis aussi que je voudrais que les japonais qui voient ma boutique se disent que c’est beau et intéressant.  C’est quelque chose qui me tient à cœur.
Au japon, le fait qu’un japonais modifie et porte des vêtements traditionnels redessinés, ne suscite pas d’intérêt particulier ;  c’est étrange,  à Paris c’est l’inverse. Évidemment, il y a par ailleurs aussi des personnes qui sont négatives.  Mais le fait qu’il y ait une réaction me fait plaisir.  D’une certaine manière, je pense créer une forme de mode. J’aime bien qu’il y ait beaucoup de français qui trouvent cela sympathique. »

Comment as tu vécu le tsunami loin de chez toi ?
田村良平 Tamura Ryouhei: « Avec le tremblement de terre et ses conséquences, la situation est extrêmement grave.  Quand il arrive de telles catastrophes, cela révèle la manière dont les Japonais portent en eux une morale, une identité.
La situation du pays met en quelque sorte en relief ce qu’est vraiment le Japon. Ma famille, par bonheur, a été épargnée, étant à Hiroshima. Mais des amis de Miyagi et leur famille ont été très touchés.  J’échange des mails avec les amis,  et même si ma famille n’est pas touchée,  tout en étant à Paris, je partage la souffrance, la tristesse.  En fait, je ne trouve pas les mots pour exprimer vraiment les choses.  A la boutique, quand les clients, les amis me disent « au moins ta famille est indemne », comment dire, les larmes me montent aux yeux.  La tristesse est bien là, en raison de la situation terrible de mon pays.

Photos et sujet de Gregory Barboux / yrogerg@neuf.fr
A Demain pour l’épisode 4. Last but not least !